[28/02] Oh le vacarme

La suite de la série sur la cure en inde…

En effet il y a le bruit dehors. L’autoroute. Toute la nuit les gars ils roulent, klaxonnent même. Cette nuit il y a même eu un hélico. Vacarme assourdissant. Comment tu veux dormir avec ça!

Et en même temps, quand le silence est dehors, le vacarme est à l’intérieur avec les pensées qui passent, repassent , tambourinent.

Alors je finis par me dire que c’est le même combat, peu importe le lieu et l’ambiance. Place à ma recette:
– laver la plante des pieds et nourrir de lait de corps ou d’huile
– s’installer assis ou debout
– prendre quelques respirations conscientes
– apprécier une chose que j’ai reçu aujourdh’ui
– reconnaître une chose que j’ai donné à quelqu’un
– formuler une intention pour mon sommeil: me reposer, me regénérer, et me lever le moment venu
– se coucher confortablement, peut-être même savasana et puis dormir.

Il y a d’autres recettes (sauter sur son conjoint, boire du lait, 1 comprimé,…). Je pense que l’idée principale c’est la recettte. Parce que, aux grands maux, il faut des recettes. Allez, j’y vais; Pottali* ce matin.

*Pottali: massage à l’huile chaude appliquée via un pochon en pierre et cotton.

A mon avis

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.