Colère

Le jour venu, tu t’en vas,
tes murs s’évaporent, comme s’ils n’avaient
jamais existé

Un volcan méthodique
ta lave
la cendre des coeurs brisés
la fumée des visages calcinés
Fureur et tremblements

Amie, tu me parles de liberté
N’est-ce-pas?
Qu’ils sont hauts les murs du cratère
Je suis prisonnier sur l’île de ton attitude

Qui a créé tout ceci? Est-ce toi qui est venue?
ou moi qui t’ai convoqué?
Qui a érigé ces murs? Moi?
Serais-je à même de les terrasser?

More from my site

Spread the love

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.