Les confidences de Fifi

herbe givrée

Bonjour, je suis Fifi le brin d’herbe.

Ma mère a été grillée par la sécheresse et rôtie par le soleil cuisant l’été dernier. J’ai vu la prairie se vider à mesure que l’hiver avançait. Où sont allées mes camarades? Nous sommes quelques unes restant de notre espèce.

Cette nuit il est tombé de la neige. Ok, juste un petit peu de givre. J’ai connu la neige moi! Celle qui vous couvre de partout, au point que les humains pensent que nous avons disparu. Ce matin je suis habillée de blanc, comme pour une cérémonie.

Ma copine de gauche n’aime pas le froid. Moi j’aime bien. Mais au final peu importe non? Car c’est ainsi. Nous les herbes, la neige nous tombe dessus. Les humains ont le feu. Les ours ont leur fourrure. Nous on a … notre nudité. Quand vient le gel, nous sommes … gelées jusqu’aux os.

Certaines d’entre nous connaîtront le dégel. Et quelques unes accueilleront les nouvelles au printemps. Ainsi va notre ronde.

Ce midi

piéton rue lumière

Le midi est illuminé.
La balade irrésistible.
Les pieds enthousiastes.

Le trottoir est infesté.
La mine dégoûtée.
Les déjections honnies.

Et Patañjali, stoïque:
sukhānuśayī rāgaḥ* 
duḥkhānuśayī dveṣaḥ*

*Le désir de prendre est lié à la mémoire du plaisir.
*Le refus est lié à la peur de souffrir.

Pour ces parties

Je fais Savasana pour mes lombaires. Pour mon dos. Pour ma nuque.

Je fais Savasana pour ma sangle abdominale.

Je fais Savasana pour les muscles de ma poitrine, qui soulèvent, qui écartent les côtes.

Je fais Savasana pour mes poumons. Cette toile élastique que j’ai ralentie dans son dégonflage.

Je fais Savasana pour le coeur. Peut-être qu’il a eu plus de pression, de gaz, de liquides.

Je fais Savasana pour mon système nerveux. Qui a été stimulé par toutes sortes de sensations.

Je fais Savasana pour mon être tout entier qui a été nourri de prana.

Pendant le stage pranayama d’Octobre 2020.

Dans le brouillard

Terre Univers

Une journée au Hautmont, hier.
Avec des gens, exceptionnels.

Je voudrais y voir clair.
Je vois clairement que c’est flou.

Avoir l’impression d’une trajectoire,
pas moyen d’en avoir.
L’illusion d’un destination,
impossible à obtenir.
Dans ce brouillard brouillant,
la vue ne sert de rien.
Temps peut-être, enfin,
de marcher les yeux fermés.

Le vent souffle, fort.
Le tronc de l’érable vibre, low frequency.
Les racines des pins bougent, avec grâce.
Flipper, c’est une option.
Rester au contact, une nécessité.

Gauche ou droite? Arrière?
Avant? Rien n’est faux. Ou plutôt,
tout est juste.
Entre deux pas, cet instant suspendu. Je peux décider
de reculer, ou d’avancer. Continuer à bouger.

Le mantra donne du courage.
Les yeux fermés, faire confiance, un pas après l’autre.

Si on m’avait dit que c’était ça le chemin de l’éveil!!!

Illustration par MSMB

Quand ce sera fini

juste en parsva halasana 2020

Photo by Sarah Mc M.

Quand ce sera fini, est-ce que nous allons repartir comme … avant? Allons-nous repolluer plus fort? Ou nous enlacer et faire des bébés? Est-ce que l’économie repartira? Je n’en sais rien.

Quand on repartira, est-ce qu’on retournera faire les courses du magot? Et le jogging des fraises? Entendrons-nous encore les gens rire autour du barbecue? Dans quel état sera le jardin? Et comment sera mon demi-lotus? et mon périnée? Je n’en sais rien. Just practice.

Quand on sortira de là, est-ce qu’il y aura plus d’abeilles? Est-ce que les embouteillages reviendront? Est-ce que nous aurons encore des poubelles ?
Comment sera mon savasana? Je n’en sais rien. Just practice.

Quand nous aurons fini de compter nos morts, finirons-nous de les pleurer? Ma bedaine passera-t-elle encore la porte? Est-ce que je continuerais à observer la louche de la grande ourse le soir depuis le velux? Sera-ce l’heure du revenu universel de base? La fin de l’école en classe? Je n’en sais rien.

Je n’en sais rien.
Just practice.
Now.

Conscience

Le sujet du yoga est la Conscience.
La méthode du yoga est la conscience.

La destination du yoga est la Conscience.
L’outil du yoga est la conscience.

Le yoga est Conscience.

Goutte

Je suis Goutte, singulière cellule entourée par la matrice.
Je suis Vase, habitacle des fluides.
Je suis Tube, entourant la matrice qui m’entoure.

Et Je suis Poisson, vertébré.
Et Je suis Reptile, rampant.
Et Je suis Mammifère, bondissant.

Je suis Humain, vertèbres debout.
Racines en terre, Tête dans les étoiles.

Je suis L’Entité.

Je suis un vase

chou et vase

Je suis un vase.
Je suis une poire.
Je suis un chou.
Je suis.

Que voient-ils de moi?
Que disent-ils que je suis?
Et vous, que dites-vous que je suis?
Et est-ce que ça change l’essence de ce que je suis?

Je suis un vase.
Je suis une poire.
Je suis un chou.
Je suis.

Souffle. Souffle

Inspiration, tigre sauvage
Quelle colère saura te dompter?
Aux humbles et doux tu révèles tes secrets
Dans la terre tu les ancres.

Expiration, souffle libre
De toujours notre allié
Apana.ge de ceux qui écoutent
Vers le ciel tu les élèves.

Souffle, souffle vital
Cohérence et légèreté
Souffle, souffle libre
Vie et plénitude

16 Déc 15