Les AfroWaves, un Yoga au delà des apparences.

Un soir mon fils est venu me voir en disant « est-ce que je peux faire des waves« . Je réponds « c’et quoi ce truc? ». « C’est une coiffure ». « Ok vas-y ». C’est probablement une des meilleures décisions de ma vie. C’était il y a 2 mois. Aujourd’hui il a une coiffure que sa mère trouve jolie à regarder, les fois où il l’expose. Et sur le chemin, je pense qu’il a traversé le miroir. Parce que voyez-vous, voici le truc. Au début ça ressemble à un truc de coiffure, d’apparence, de futilité. Et à y regarder de plus près!!!

L’humilité. La plupart de son temps libre se passe avec foulard, surfoulard et bandeau, pour aider à mouler les waves. L’ensemble est quelque peu ridicule. Ce n’est pas vraiment l’idée que l’on se ferait de la classe. Et d’une certaine façon, ça apprend l’humilité.

La détermination. Pour que ça marche, il faut brosser. Et il brosse ce garçon. Tous les jours. Parfois 30mins, parfois 5 mins, il brosse. L’autre jour après le réveillon de Noël, à minuit trente, il faisait quoi à votre avis? Et bah oui, il brossait. Bras droit. Bras gauche. Je vous ai souvent parlé d’Abhyasa, pratique fervente. Ce garçon en fait la démonstration. Quelque soit le contenu de la journée, il y va. C’est cela la détermination.

L’attention. Il sait me dire: « je sens la différence quand je brosse en étant concentré et quand je suis en train de discuter avec des gars ». This is it. Un geste que je fais en étant présent a un résultat différent. Je n’ai rien à rajouter. C’est cela la pleine conscience qu’on veut cultiver, la méditation, l’Awareness. Avec sa brosse. C’est cela l’attention.

La régularité. Il m’a dit aussi « je me rends compte que j’ai beaucoup de matériel maintenant. Au début dans le tiroir il n’y avait qu’une brosse. Maintenant il y a 3 brosse, 4 foulards, des crèmes. Le tiroir est de plus en plus rempli. Je vais m’arrêter là. Les gens pensent que c’est le matériel qui fait, mais il faut brosser ». Je le regardais et j’étais abasourdi. Il me faut des années de Yoga pour apprendre cette leçon, lui il l’a apprise devant son miroir. Il n’y a pas de secret, pas de miracle. Ou plutôt c’est là le miracle, quand chaque jour je m’installe pour pratiquer. Avec régularité.

L’hygiène du corps. Peut-être avez-vous déjà essayé de vous brosser les cheveux pendant 3 minutes. Vous savez ce que ça fait au bras qui brosse. Pour tenir 30 minutes, ça demande forcément l’intelligence de relâcher les tensions inutiles, de simplifier son geste, de retourner à l’essentiel. C’est ce que nous essayons d’apprendre avec les asanas, la pratique posturale et corporelle.

L’étude. Il va sur Youtube et Insta. Il regarde les tutos. Etudie les techniques. Expérimentes et tire des enseignements. En langage yoguique, on parlera de svadhyaya.

En vrac quelques leçons que ce garçon du haut de ses 13 ans nous enseigne. Ce qui a commencé comme un désir d’être élégant à l’extérieur nous amène à cultiver l’élégance intérieure. Ce projet appraemment futile est, au final, une culture de la pleine conscience. C’est un merveilleux Yoga.

Happy practice!